Accueil

Pourquoi ? Objectifs

Het leven heeft enkel zin door het menselijke in ons. Onze menselijkheid heeft enkel leven door de richting de we er aan geven.

Notre vie n’a de sens que par l’humain en nous. Notre humanité n’a de vie que par le sens qu’on lui donne.

Au développement de structures de solidarité
horizontale à Bruxelles

1- renforcer la sécurité alimentaire de personnes dans un état de précarité économique
2- la réduction du gaspillage alimentaire par la
récupération, le traitement et la redistribution
des surplus alimentaires invendus
3- sensibiliser le publique sur des thèmes tels que
le gaspillage alimentaire et la sécurité alimentaire
4- renforcer l’émancipation et la participation

citoyenne des personnes se trouvant dans une situation administrative précaire

Travailler autour des déchets alimentaires réduit l’empreinte du carbone et en même temps les obstacles de la précarisation
économique et sociale.

En impliquant les gens dans un projet commun comme CollectActif, les individus surmontent leur isolement et ils deviennent inclus
dans une communauté bienveillante. Et en organisant les tables d’hôtes, on renforce la cohésion sociale avec un public mixte
qui se retrouve autours d’un plat à base de récup.

A travers la récupération chez les vendeurs, la préparation des colis
alimentaires ainsi que le moment de partage dans la préparation des repas collectifs, nous mettons en œuvre une action d’intégration concrète, un des principaux objectifs de CollectActif.

L’initiative a également pour but d’être reconnu comme étant un projet d’utilité publique.
CollectActif est une initiative crée et soutenue par un groupe de sans-papiers qui s’engagent volontairement

Hiver 2013-2014 et mise en place du projet :

 Comment transformer un problème en solutions

Un des besoins élémentaires d’un être humain et de se nourrir le plus sainement possible, pour pouvoir survivre, ne pas tomber malade, faire des activités et assurer sa survie. Garantir sa dignité passe par répondre aux besoins du corps humain : alimentation, logement, hygiène….

Mais comment manger alors qu’on est sans abri, sans travail, sans aides sociales sans rien. Fouiller dans les poubelles ? Mais quoi faire avec des légumes même pourris si on n’a pas de cuisine. Faire le tour des restaurants du cœur et des églises et mosquées ?

Il fallait commencer quelque part, et pour bien commencer une bonne journée il n y a pas mieux qu’un bon peit déjeuner.

Les discussion dés le départ tournaient autour de la question de la récupération des différents invendus alimentaire pour les partager. Un groupe de personnes sans-papiers s’est organisé soutenu par l’asbl pigment , chaque jour le groupe récupérer du pain, à tartiner , du café pour offrir un petit déj à  des sans abri comme eux dans le besoin. Le début d’un modèle d’une solidarité horizontal s’installe.

Il a suffi de demander, chacun a quelque chose dans sa cuisine ou son commerce toujours consommable mais faute de preneur il finira à la poubelle.

Dignement collectactif a fait d’un problème une solution. Au lieu de jeter pour en demander encore, surexploiter la nature et priver d’autres qui n’ont pas les moyens la solution est simple et arrange tout le monde : récupérer transformer et partager.

Sans se rendre compte le groupe portait dès le début un projet alternatif pour une société plus juste et durable. Et c’est dans la pratique qu’il s’est forgé une vision et une philosophie. Tout en agissant localement petit à petit le projet touchait déjà à plusieurs thématiques : celle d’abord du contraste entre le gaspillage et la nécessité et à travers elle celle de la consommation responsable, le groupe s’est fixé aussi l’objectif de l’autonomie et l’autogestion toujours en favorisant l’implication des membres concernées qu’elles soient acteurs de leurs propres destins. Vu la nature et le vécu de ces membres le projet est une voix des migrants sans-papiers qui aspirent à prendre place dans cette société à travers un engagement citoyen. La majorité d’eux sont des membres du collectif sp-belgique riches d’années d’expériences avec un constat qu’il faut autre chose qu’une lutte frontale épuisante logue et sources de frustrations et division. Il faut agir sur le quotidien il faut s’inventer d’autre espace de rencontre et d’échanges et de sensibilisation, ce n’est pas abandonner la lutte mais c’est la complémenter. 

Printemps 2014 une continuité vers l’autonomie : un mal pour du bien.

Le soutien et l’accompagnement du projet était prévu pour 6 mois, La rencontre avec l’asbl communa marque une nouvelle étape. En plus des repas solidaires et des colis alimentaires le collectactif commence à organiser chaque semaine des tables d’hôtes dans un local pas loin de l ulb . Collectactif a apporté la question des sans-papiers et de la recup et de la création culinaire spontanée à partir des invendus, en mélangeant le public et avec un prix libre souvent symbolique.

De plus en plus les quantité récupérés augmentent le groupe des bénévoles bénéficiaires aussi . Abdel Le travailleur engagé par pigment s’est consacré entièrement et bénévolement à ce projet avec 6 autres : Mohammed, Soufian, Bakri, Isma Samad et Oualid ils formeront le groupe fondateurs du collectif .

Des partenariats se mettent en place pour la récupe, le tri et le partage des colis, ainsi des tonnes de légumes sont récupérées chaque semaine notamment au marché des abattoirs. La séparation avec pigment asbl était l’occasion de stimuler la volonté du groupe pour l’autogestion 

Un nouveau partenariat se lance avec bio-planète pour la gestion de ses invendus. Une partie est redistribuée en colis alimentaires à des familles précarisées le reste transformé en table d’hôtes à prix libre souvent à destination des personnes sans moyens ou à moyens limités comme les étudiants, les travailleurs précaires…

Après le déménagement de Communa, le collectactif a installé sa table d’hotes à alléedukaai puis une seconde à biestbroek deux bâtiments dédiées à des initiatives gérer par l’asbl toestand.

Septembre 2015  et le prix du citoyen : Les sans-papiers accueillent les réfugiés.

Un autre tournant dans l’histoire c’est le rôle que le collectactif a joué dans l’initiative citoyenne autour des réfugiés en 2015. Soutenu par des centaines de bénévoles le collectactif a assuré la cuisine sur place pendant un mois à raison d’environ 1000 repas par jour à base de récupération et de donation. Le groupe était le nerf central de cette cuisine mais le message était plus fort que celui du droit à l’accueil matériel des demandeurs d’asiles, le collectactif était l’exemple de la solidarité, ils ont gagné leur place de citoyens par leur action social.

2015-2018 le développement du projet et le partage de l’expérience : Le collectactif est déjà coauteur d’une recherche académique.

Les partenariats se multiplient et les perspectives s’ouvrent mais malheureusement malgré les années qui passent seulement deux membres ont vu leur séjour régularisé. D’autres sont partis, des va et vient comme l’oblige la dynamique du groupe.

En parallèle deux projet sont en développement toujours avec la même devise : récupération, transformation, partage velo-actif pour la réparation et la conception des vélo cargo et vélo cargo électrique et palette actif pour la conception de meubles et différents objets à base de palettes.

Avec des hautes et des bas et avec des moyens limités le groupe a continué à porter le projet le développer. L’arrivée de nouveaux membres et la mise en place d’un processus d’organisation collectif ont permis de développer un nouveau volet. Un retour économique est possible pour le projet dans le cadre d’une économie social renforçant la continuité du projet, le collectactif est de plus en plus sollicité pour des repas des buffets ou pour tenir la cuisine pour les bénévoles lors des événements socioculturels ou tout simplement des personnes ayant envie de goûter à la cuisine du collectactif . À titre d’exemple on peut citer, l festival esperanzah, la zinneke parade, supermouche, ……

Tout en continuant à assurer des tables d’hôtes à prix libres à destination des personnes de différentes horizons et en assurant une distribution chaque semaine des colis alimentaires, le collectactif profite de cette opportunité afin d’explorer la possibilité d’une structure qui géra ce volé d’économie social.

Le projet n’est que à 5 année et déjà l’expérience du projet et l’impact sur ses membres et son environnement sont palpables.

Les témoignages convergent et soulignent les points forts de ce projet, des Co recherches universitaires vont dans ce sens-là, une touche académique qui synthétise ces constats.

Le Projet c’est :

·        Un espace de créativité et d’initiatives pour des personnes privées des possibilités de formation d’accéder à des activités, au bénévolat…

·        Des actions qui visent à sensibiliser sur la question des gaspillages et du partages

·        Un réseau qui permet de casser l’isolement, se rencontrer, renforcer le réseau, soutenir le bien-être améliorer la santé mentale, renforcer la résilience, offrir un espace de formation

·        Un canal pour sensibiliser sur les questions migratoires

·        Une thérapie pour reprendre confiance en soi et développer son propre projet…

Collectactif ! Réflexion globale et action locale.

Collectactif a touché à la question de la citoyenneté par l’action social et du vivre ensemble dans l’échange et la tolérance et de l’émancipation par l’autogestion et l’autoformation toujours avec une réflexion globale et en agissant concrètement et localement.

Collectactif est plus qu’un projet culinaire, c’est la mise en place d’une dynamique collective et constructive, pour questionner la société sur ses valeurs, écologique, sociale ou politique, c’est aussi la remise en question du concept même de la citoyenneté étatique, de l’intégration des migrants. C’est  un collectif qui prend part à des questions de sociétés, solidaires avec les autres groupes qui partagent ses visions. Certes il apporte sa touche culinaire mais c’est avant tout une école de formation et un espace pour soutenir des initiatives face à des obstacles

Le défi est de mettre en place une structure afin de formaliser et valoriser cette expérience et continuer son développement, la partager et la mettre en réseau mais face à cela il y a la question de l’impossibilité pour les sans-papiers de travailler même dans leur propre projet ni de faire du bénévolat soit rémunéré ou pas.

Le plus important est d’assurer cet espace afin qu’il puisse continuer à soutenir ce genre d’initiatives qui visent à l’émancipation et à aborder la question de la citoyenneté d’une autre façon. Le collectactif c’est un levier pour les migrants dans la réalisation de leur projet et développer leurs compétences et une école de formation permanente et populaire accessible toujours aux personnes sans papiers en favorisant leur émancipation.